samedi 18 mars 2017

Apparatchik, un métier vieux comme le monde

Lors d'une récente et captivante rencontre au Café littéraire à Limoges, le socialiste critique Robert Savy, juriste éminent, ancien adjoint au maire de Limoges, ancien député de la Haute-Vienne et surtout ancien président de la Région Limousin - unanimement reconnu ou presque - a évoqué, parmi les causes du déclin actuel du Parti Socialiste une sorte de systématisation du politicien professionnel, totalement coupé de la société. Une dérive qui affecte non seulement ce parti mais les autres également. Mais c'est d'autant plus déplorable pour les partis qui devraient être proches et à l'écoute du peuple. Le constat de Robert Savy est partagé également par René Dosière, qui dénonce depuis de nombreuses années gabegie, mauvaise gestion et pratiques douteuses dans l’organisation de nos finances publiques et signe un nouvel ouvrage: Argent, moral et politique (Seuil), préfacé par Jean-Louis Debré. Député rocardien de l’Aisne et ancien vice-président de l’Assemblé nationale, Dozière s’est fait connaître par son travail scrupuleux et tenace sur la gestion des finances publiques. Il est l’auteur notamment de L’argent caché de l’Élysée (2007), L’argent de l’État (2012), L’État au régime (2012). Les deux hommes proposent, chacun à leur manière, de prendre des mesures qui limiteraient le fait que la politique soit un métier. 
Que les élus connaissent la "valeur travail" dont certains parlent tant, ou les difficultés réelles des Français. Qu'ils sachent ce que c'est d'avoir de vrais horaires, un patron, des contraintes, et qu'ils entendent ce qui se dit à la cantine ou à la machine à café. Sans doute cela serait-il profitable pour eux, mais indéniablement pour la politque, conduite aujourd'hui par nombre de gens qui apparaissent comme "hors-sol" aux électeurs et alimente, avec les excès financiers, les emplois familiaux, la non transparence financière, un populisme désormais dangereux et va alimenter les votes à la présidentielle et aux législatives. Combien sont-ils, ces apparatchiks, ces membres de la nomenklatura, qui, comme au vieux temps de l'U.R.S.S., ne doivent leur salaire et leur ascension qu'au parti? Combien sont-ils à avoir connu ces carrières qui conduisent, après deux ou trois ans à l'Université, d'un mouvement ou d'un syndicat de jeunesse à un cabinet ou une permanence parlementaire puis à un poste d'élu sans avoir jamais connu Pôle Emploi ni, finalement, ce qu'est la "vraie vie"? Les exemples se trouvent à foison en région (en Limousin, on a longtemps parlé de plassou pour désigner les postes ou le travail obtenu par accointance politique) et nationalement. Manuel Valls, titulaire d'une licence d'histoire, jeune socialiste puis attaché parlementaire, élu conseiller régional, membre du cabinet de Rocard, administrateur de la MNEF, délégué interministériel, membre du cabinet de Lionel Jospin, élu municipal, député, maire d'Evry, etc. Le parcours de Benoît Hamon est similaire - y compris la licence d'histoire... Bien entendu, tout cela est parfaitement légal mais payé par l'argent des impôts - locaux ou sur le revenu.
Quelles solutions? Elles seront difficiles à prendre, tant la professionnalisation dont on parle concerne de plus en plus d'élus, dont ceux qui font les lois... Mais on peut toujours rêver. Fixer, radicalement, un âge minimum pour accéder à la fonction de député, par exemple? Limiter, bien entendu, le nombre des membres des cabinets, à tous les échelons? Nommer comme membres de ces cabinets des gens ayant exercé une profession dans le champ de leur compétence? Avoir obligatoirement exercé une profession véritable (et non fictive) avant de pouvoir devenir élu ou membre de cabinet ou assistant parlementaire? Et plus largement, réformer de fond en comble la Constitution, en y introduisant également une dose de tirage au sort, tout comme les Athéniens qui inventèrent la démocratie. Et, puisque l'on parle d'eux, on relira avec plaisir et intérêt le Gorgias de Platon. 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.