mardi 27 octobre 2015

Le retour des armoiries de Limoges...


Les armoiries de Limoges ("de gueules, au chef de Saint Martial de carnation, orné à l’antique d’or, ombré de sable, entre deux lettres gothiques d’or S et M ; au chef d’azur, chargé de trois fleurs de lis d’or") avaient été adoptées au Moyen Âge par les consuls de la ville, en hommage à l'évangélisateur du Limousin, sur le tombeau duquel fut construite la grande abbaye que l'on sait. Le chef de France fut attribué en 1421 par le dauphin Charles, le futur roi Charles VII, en hommage à la résistance des habitants, bourgeois et consuls de la ville contre les Anglais, "pour accroître leur cœur à servir la couronne de France de mieux en mieux." Depuis lors, au fil des siècles, les Limougeauds apprécièrent ces armoiries. En témoignent les représentations à l'Hôtel de Ville inauguré le 14 juillet 1883: dès la façade, sous l'horloge, le visiteur peut contempler un cartouche en pierre; dans l'escalier d'honneur, un vitrail représente les armoiries avec l'inscription (qui n'est pas anodine): "Officina Diligentia" (l'atelier du travail bien fait); sur la face nord de la fontaine: l'effigie de saint Martial; sur un médaillon de la cheminée du salon bleu (ex-salle du conseil), avec la devise: "Spes Mea Deus" (Dieu, mon espoir); en fond de l'actuelle salle du conseil, deux blasons sont frappés aux armes de la ville: ils ont été réalisés en 1970 par l'émailleur Georges Magadoux. 
Mais en 1991, la municipalité a souhaité "moderniser" son image - et sans doute la laïciser - en remplaçant dans sa communication les anciennes armoiries par un "logo" symbolisant les arts du feu (Eric Fabre - Agence Signis). 

Bien entendu, cela ne plut pas à certains défenseurs du patrimoine historique de la ville, comme le juriste Alain Texier, qui fonda l’association Blason ( Bannir Les Abandons Systématiques des armOiries ancieNnes) pour s’opposer à la vogue des logos. 
Les anciennes armoiries ont cependant fait leur retour - depuis les dernières élections municipales remportées par la liste d'Emile-Roger Lombertie - sur la une du magazine municipal Vivre à Limoges, à côté du logo. Nul doute qu'au moment où il est question - comme nous l'avons maintes fois espéré ici depuis la création de ce blog - de réhabiliter la place de la République et de mieux mettre en valeur - souhaitons-le! - les vestiges de l'abbaye, le souvenir de Martial a toute sa légitimité.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.