lundi 9 février 2015

Charline Vanhoenacker et les auditeurs de Limoges - Miossec à Limoges



Charline Vanhoenacker est une journaliste belge plutôt drôle, officiant sur France Inter en fin d'après-midi en animant "Si tu écoutes, j'annule tout ", émission bobo évoluant entre humour et actualité. On y apprécie beaucoup les réflexions philosophico-musicales du jazzeux André Manoukian. Mais on s'est étonné qu'au moment de l'inauguration de la nouvelle Maison de la Radio - et plus particulièrement de son auditorium - elle se demande si les habitants de Limoges pouvaient se sentir concernés par un tel évènement... Rassurons-la immédiatement: oui! Car ils paient leur redevance audiovisuelle comme les autres contribuables; oui! Car ils peuvent aussi, dans leur lointaine province, apprécier les émissions de Radio France (y compris celle de Charline Vanhoenacker); oui! Car ils peuvent se déplacer jusqu'à la capitale pour assister à un concert à l'auditorium - même si, vêtus de peaux de bêtes, les cheveux longs, les pieds nus et leur massue sur l'épaule, ils pourraient effrayer quelques Parisiens bien pensants...

(c) Ville de Rennes
Bien entendu, j'aime les chansons de Miossec. Brest, par exemple. J'ai vu ce chanteur sur scène à Limoges vers 1999, et plus tard sur la scène du festival interceltique de Lorient - mais ce jour-là, sa prestation m'avait déçu et j'avais quitté la salle. Lui aussi se souvient de Limoges, dans un entretien avec Le Populaire du Centre: "Je me souviens surtout de mon premier passage, pour la tournée de Boire. C'était déjà à la salle John-Lennon. C'est une salle que j'aime bien, elle me rappelle le Vauban à Brest. Ce sont des salles faites pour apprécier la musique."
On le retrouve, émacié, à la une du magazine Télérama, qui lui consacre plusieurs pages. L'article de Laurent Rigoulet commence ainsi: "A Limoges, il se repose à l'hôtel de la Paix. Moquettes lie-de-vin, ambiance feutrée, toilettes sur le palier, collection de gramophones au rez-de-chaussée: deux étoiles pour voyageurs de commerce esseulés, à proximité de la gare, au coeur d'un pays immuable que l'auteur de Regarde un peu la France a traversé souvent en se jurant d'y mettre le souk ("C'est magnifique, non, toute cette torpeur!"). 
Soyons honnêtes: les "toilettes sur le palier" de ce charmant hôtel limougeaud ne concernent que les chambres les moins chères ("standards"). Mais il est vrai que le journaliste précise qu' "A Limoges, comme ailleurs, la troupe de Miossec vit sans confort excessif. Le prix des places ne dépasse pas 25 euros, le chanteur modère ses exigences pour rester accessible".  
Quant à la torpeur limougeaude (Miossec était de passage en novembre), ça commence à faire un peu éculé, non? Et on a pas attendu le chanteur breton quinquagénaire pour "y mettre le souk"! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.