dimanche 7 décembre 2014

Le lancement réussi de l'Histoire de Limoges au Café littéraire

Une partie de l'assistance

Vendredi 5 décembre 2014, au Café littéraire (hall de la Bfm de Limoges), le public se pressait nombreux (ci-dessus une vue partielle de la salle) pour assister au lancement de mon Histoire de Limoges parue chez Geste Editions. Nous répondions à l'invitation de Patrick Granger et de ce lieu qui tend à s'imposer comme endroit de culture, de musique et de débats. Le maire était en déplacement, ainsi que Philippe Pauliat-Defaye, adjoint à la culture, mais d'autres élus de la majorité étaient présents, ainsi qu'une conseillère municipale écologiste et que Gulsen Yldirim, conseillère générale socialiste. Monique Boulestin, ancienne députée de la Haute-Vienne, sénatrice suppléante, nous honorait également de sa présence, ainsi que de nombreuses personnalités de la culture et de la ville. Romain Naudin, directeur éditorial de Geste Editions, et moi-même, avons présenté l'ouvrage, qui a reçu un bel accueil critique et est un succès de librairie.

A droite: Patrick Mialon, écrivain et critique d'art

 Il ne s'agissait ni d'un simple cocktail, ni d'une conférence, mais Patrick Granger et moi avions invité différents intervenants, dont il est question dans la partie du livre consacrée à la culture au 20ème siècle à Limoges, ou qui ont collaboré d'une manière ou d'une autre à la réalisation du livre (comme Paul Colmar, collectionneur de photographies ou Laure Théaudin - ci-dessous -, du Pôle Limousin de la Bfm), à intervenir. Ce fut par exemple le cas de l'écrivain et critique d'art Patrick Mialon (ci-dessus), quitémoigna d'une certaine vision de l'art à Limoges dans les années 70 - époque de grande vitalité dans le sillage d'Haussman, dadaïste qui finit sa vie dans notre ville, de Claude Viallat et de beaucoup d'autres dont on se souviendra avec mon livre. Le témoignage de l'ancien galeriste Claude Bensadoun, de Jean-Pierre Comes, également fut très intéressant.

Romain Naudin, éditeur, Laurent Bourdelas, Laure Théaudin, pôle Limousin de la Bfm

Il est bien entendu question du théâtre à Limoges dans mon ouvrage, et Michel Bruzat (ci-dessous), a tenu à rendre hommage aux auteurs "vivants" en lisant un texte de la poète et écrivain Marie-Noëlle Agniau, également présente. L'écrivain et chanteur Jean Alambre s'est aussi souvenu (entre autres choses) du théâtre de L'échappée belle...
Le metteur en scène Michel Bruzat (La Passerelle)

Sont encore intervenus: Marc-Antoine Millon, de l'ensemble musical Hope, Jean-Pierre Levet, universitaire et président des Anciens de Gay-Lussac, fils de Jean Levet, historien de Limoges, qui sauva le quartier de la Boucherie d'une démolition annoncée et fut à l'origine de la Frairie des petits ventres et de Renaissance du Vieux Limoges - dont le président Michel Toulet était aussi dans la salle. De même que Béatrice Castaner, secrétaire générale des Francophonies et romancière et l'artiste Florent Contin-Roux ont bien voulu témoigner. 
On notait aussi dans la salle la présence de l'historien et politologue Vincent Brousse et de Michel Laguionie, historien de la franc-maçonnerie limousine.

Sans nul doute, l'intérêt de la soirée a été de montrer combien la culture avait tenu une place importante et dynamique dans l'histoire de Limoges, rayonnante depuis le Moyen Âge, et combien c'est encore le cas aujourd'hui.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.