lundi 14 avril 2014

De "Lire à Limoges" aux Journées nationales du livre et du vin à Saumur...

En avant-première à "Lire à Limoges", Culture & Patrimoine en Limousin a organisé le lancement au Théâtre de La Passerelle du nouveau livre de Marie-Noëlle Agniau: Capture, dont elle a lu des extraits avec le comédien Hubert Lartigue. Je suis heureux d'avoir accompagné ces beaux textes avec mes photographies.

Ma chance, cette année, est d'être sur le stand littérature générale de la dynamique et sympathique librairie habituellement jeunesse Rev'en pages... "Lire à Limoges" reste égale à elle-même, avec son mélange de "people" plus ou moins à la mode (Michel Drucker) et de vrais écrivains. Son mélange de stands de libraires et d'associations dont certaines n'ont pas de vrais liens avec le livre. Avec certaines invitations et cadeaux pour les auteurs venant de l'extérieur (en fait, les Parisiens...) et pas pour les autres... Avec quelques rencontres plus ou moins intéressantes animées par des gens d'ailleurs... Sa remise de prix (dont j'avais jadis suggéré la création à Ellen Constans)... Son immense chapiteau non aéré qui a failli se transformer le samedi après-midi en cimetière surchauffé d'écrivains... Pour fréquenter et être (très bien) accueilli dans d'autres salons à travers la France, je me dis qu'il faudrait repenser tout cela. Je ferais avec plaisir nombre de propositions, pour ne pas faire un chapiteau mais, plutôt comme à Bordeaux, un "quartier livre" - sans doute sur la belle place de la cathédrale. La nouvelle équipe municipale réfléchit à coupler "Lire à Limoges" avec un festival déjà existant, ce n'est pas une si mauvaise idée. 

Sur le même stand que moi, hasard de l'organisation, mon amie de collège et lycée Agnès Clancier signe son dernier récit, paru chez Arléa. Elle pourrait être une jeune "marraine" de la manifestation... En effet, pourquoi ne pas changer chaque année... et alterner de manière paritaire...?

"Lire à Limoges" symbole de l'alternance politique historique: on croise dans les travées l'ancien maire, le député socialiste Alain Rodet, dernier représentant du "socialisme municipal" limougeaud en place pendant plus d'un siècle. Le changement habite beaucoup d'esprit: on parle à voix basse, on s'épie, on s'observe... Emile-Roger Lombertie (photo), le nouvel édile UMP, serre des mains, savoure les félicitations. De même que Philippe Pauliat-Defaye, nouvel adjoint à la culture, avocat, modéré, intelligent et cultivé, ou Vincent Léonie, centriste également, en charge de l'urbanisme - entre autres attributions. Je parle aussi avec Stéphane Destruhaut, ex-adjoint socialiste, ou bien encore Gulsen Yildirim, femme de qualité, battue, ou Monique Boulestin, redevenue semble-t-il persona grata en cette manifestation qu'elle contribua à développer...
Une amertume toutefois: trois élus du F.N. siègent au conseil municipal.

Cette année - contrairement à l'année dernière - je suis invité au dîner des auteurs, ce qui est bien la moindre des choses. Mais la mesquinerie reste de mise puisque l'écrivain Marie-Noëlle Agniau qui souhaite m'y accompagner n'y est pas conviée, malgré sa demande, car elle est sur le stand de Culture & Patrimoine (!!!). Alors nous allons voir ailleurs si nous y sommes et je reçois par la poste le magnifique livre d'artiste réalisé par les Ruiz à partir de mon texte La Rivière inversée: une petite merveille en tirage limité. La mesquinerie n'appartient pas à leur monde, cela réconforte...

Comme on dispose toutefois, à "Lire à Limoges" de tickets-repas, comme dans les autres salons du livre, on fait une halte salutaire aux Petits Ventres, rue de la Boucherie, où la délicieuse cuisine traditionnelle s'accompagne d'un chaleureux accueil.

De l'autre côté du miroir... Ayant l'habitude d'autres manifestations littéraires en France, j'ai toujours plaisir à revenir signer à Limoges car j'y retrouve des têtes connues depuis parfois fort longtemps, avec qui j'ai plaisir à m'entretenir. Par exemple, cette année: Roch Popelier.
Marie-Noëlle Agniau signe Capture à Pierre Julien, des Ardents Editeurs...
Escorté par Madeleine Chapsal, Philippe Pauliat-Defaye fait un discours consensuel (il évoque le travail de... Monique Boulestin, finalement, est-ce si consensuel?), plein de conviction et intelligent.Une coupe de Champagne à la main, on devise avec les historiens Vincent Brousse et Philippe Grandcoing, fins connaisseurs de la vie politique locale, et avec Vincent Léonie, qui nous fait part de projets intéressants. A suivre donc...

Chaque année, à Saumur, ont lieu les merveilleuses Journées nationales du livre et du vin, au coeur de la cave Bouvet-Ladubay - elles associent écrivains et vignerons dans une ambiance conviviale. Il y a deux ans, le jury présidé par Irène Frein m'avait remis le Prix Jean Carmet pour L'ivresse des rimes (Stock). Un prix d'ailleurs richement doté, pour ma plus grande joie. Me voici à nouveau invité pour cette édition d'avril, très ensoleillée, avec un public nombreux au rendez-vous.
L'accueil est très chaleureux, avec par exemple cette belle fanfare estudiantine... Je discute avec Yann Quéfellec de son beau Dictionnaire amoureux de la Bretagne paru chez Plon - nous avons bien des goûts en partage, dont celui de la musique d'Alan Stivell...
Marie-Noëlle Agniau signe son livre Capture (mais, contrairement à Limoges, elle est invitée aux repas des auteurs, ce qui est bien la moindre des choses!).
Voilà un "bon point" que je suis heureux d'avoir gagné! Une fois le verre récupéré, on peut y boire bien des breuvages agréables!
Après tout, c'est le sujet de mon livre... les poètes et le vin!
L'un des moments les plus envoûtants est sans conteste celui où l'on avance au sein de la cave, à la lumière des chandelles, jusqu'à la grande "cathédrale" sous terre, où l'excellent repas est servi. Instant magique, lieu mystérieux.
Venir ici à la rencontre du public nombreux, des amis écrivains et vignerons, est un vrai bonheur et je remercie les organisateurs de m'y avoir associé.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.