dimanche 23 mars 2014

Les écoles primaires comme lieux d'enseignement, monuments patrimoniaux et lieux du vivre ensemble




            Lorsque sont promulguées les lois de la IIIème République sur l’obligation scolaire, la quasi-totalité des enfants de Limoges sont scolarisés dans les écoles municipales. En 1995, à l’occasion de son centenaire, Pierre Delage et moi-même avons publié une histoire de l’Ecole de La Monnaie à laquelle je renvoie pour les détails et les précisions. Celle-ci trouvait son origine dans une école mutuelle ouverte en 1818, qui s’installa en 1848 dans le local de la Monnaie, rue Sainte Valérie, en bordure du quartier mal famé du Viraclaud. Le directeur demanda que les vitres soient dépolies « pour enlever à la vue des élèves le spectacle des scandales qui se renouvellent trop fréquemment dans la rue et les maisons voisines. » Cette école, dès sa création, était communale et laïque (même si on y enseignait le catéchisme). Originalité de la pédagogie (y compris par rapport à la notre): le fait que l’enseignement était individualisé à des groupes (les « cercles ») d’une dizaine d’élèves, sous la direction d’un élève « plus avancé », âgé de douze à dix-sept ans : le moniteur. Les cercles se formaient et se déformaient selon la progression de chaque individu dans chacune des disciplines principales : lecture, écriture, calcul. Le maître veillait à l’organisation générale. 162 élèves de 6 à 8 ans acquéraient les bases avant d’entrer dans le monde du travail en apprentissage. Certains – les plus doués et les moins impécunieux – poursuivaient leurs études pour devenir moniteurs ou instituteurs. L’Ecole Normale d’Instituteurs avait été crée en 1833.
            La loi du 19 mai 1875 permet aux enfants de rester à l’école jusqu’à douze ans mais s’ils travaillent dans un atelier, ils doivent suivre les cours du soir – mais après une journée de travail de 10 à 12 heures, l’absentéisme est général… Progressivement, les salaires des maîtres s’améliorent. En 1880, l’Ecole devient entièrement gratuite, ce qui nécessite un gros effort de la part des communes. Les programmes se diversifient et des activités périscolaires se développent, comme les promenades à la campagne, au-delà de la Vienne, qui permettent aux petits citadins de découvrir d’autres horizons. C’est le temps du manuel d’histoire de France d’Ernest Lavisse, instrument d’éducation civique et morale au service du « Roman national ». On y lisait par exemple : « Il vaut mieux être venu au monde en ce temps-ci, qu’autant des Gaulois. »
            En 1911, l’école de La Monnaie est transférée route d’Ambazac (Aristide Briand), dans une école de filles – ces dernières migrant au Grand Treuil. Bordant les voies de la ligne Paris-Limoges, elle devient l’école des cheminots pour plusieurs décennies, tandis qu’en 1907 est construite l’église Saint-Paul Saint-Louis (sans toutefois assez d’argent pour financer le clocher) à destination de cette même population. L’écrivain limougeaud Georges-Emmanuel Clancier a raconté dans ses Mémoires ses souvenirs du quartier. 

***

              Ces écoles de la IIIème République, dont le réseau fut dense à Limoges, sont à la fois, aujourd'hui, des lieux d'enseignement, des lieux parfois du "vivre ensemble", en accueillant certaines activités associatives, et pourraient l'être encore plus, par exemple le week-end en remettant au goût du jour ce que furent jadis les patronages, véritables lieux d'apprentissage de la sociabilité. Ce sont également des marqueurs patrimoniaux forts de la ville et de sa mémoire qui, à ce titre mériteraient d'être valorisés comme tels - l'occasion, par là-même, de se souvenir des valeurs républicaines, au premier rang desquelles, peut-être: l'éducation.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.