mercredi 12 mars 2014

1848: ce moment où Limoges s'ancra (définitivement?) à gauche... et perspectives électorales



Dans la première moitié du XIXème siècle, c’est toujours le négoce et le commerce de détail qui occupent la première place à Limoges et en fournissent l’essentiel des notables (avec les hommes de Robe, il est vrai), tandis que le bâtiment accompagne le développement urbain.
Jusqu’à la moitié du siècle, l’industrie limougeaude est surtout celle du textile, dont les manufactures sont installées sur les bords de Vienne (notamment autour du pont Saint-Martial ou aux Casseaux) pour bénéficier de la force hydraulique. On tisse aussi beaucoup à domicile, parfois près de seize heures par jour. La production dépasse celles de Nantes et Cholet et s’exporte vers les Antilles. On vend des vêtements de coton et de laine, des couvertures, du calicot et du cachemire. Des teinturiers indépendants ou liés aux entreprises apportent leur contribution. Vingt-cinq fabriques de flanelles et droguets emploient en 1844 près de huit cents hommes, deux cents femmes et cinq cents enfants. La manufacture de chapeaux d’Etienne Jouhaud utilise une machine à vapeur. Mais l’activité, qui emploie des personnels peu qualifiés et peu payés, décline face à la concurrence du Nord, de l’Est et de Normandie. En 1852, mille huit cents ouvriers et artisans travaillent dans le secteur de la chaussure ; plus de cinq cents personnes dans la saboterie. D’autres sont employées par des brasseries, diverses fabriques, et même dans une usine à gaz. Vers la même époque, Limoges abrite près de quatre mille cinq cents ouvriers de la porcelaine, travaillant notamment dans les manufactures de François Alluaud (aîné), de la veuve Tharaud, de Michel & Vaslin, de Jean-Baptiste Ruaud et de Jean Pouyat. Le secteur des ateliers de décoration est en pleine expansion. Ainsi l’Américain David Haviland fait-il décorer ses propres modèles, inspirés du goût des Etats-Unis, principaux importateurs, avant de créer une entreprise assurant la totalité des phases de fabrication.
C’est le bois des flottages sur la Vienne (activité remontant au moins au XIIème siècle) qui alimente d’abord les fours : ceux-ci sont arrêtés en amont du pont Saint-Etienne, au Naveix, par un ramier. En 1855, les flottages atteignent 107 000 stères. La rivière est (en dehors de l’hiver et du plein été) encombrée en permanence et de multiples conflits apparaissent entre riverains et marchands de bois. Progressivement, le bois est remplacé dans les fours à porcelaine par le charbon, apporté par le train à partir de 1856. Le flottage du bois décline rapidement et prend définitivement fin en 1897.
Philippe Grandcoing – à qui l’on doit une très fine et essentielle étude de la ville au milieu du siècle : La Baïonnette et le Lancis, Crise urbaine et révolution à Limoges sous la Seconde République (PULIM, 2002) – note, à propos de la période : « ville ouvrière, Limoges l’est assurément […] mais ne conviendrait-il pas mieux de parler de ville où prédomine l’élément populaire ? ». Il indique également que la bourgeoisie est dominante mais socialement composite. La ville est en pleine croissance, attirant des migrants de diverses conditions sociales, issus des campagnes et de plus loin encore ; elle dépasse 40 000 habitants au milieu du siècle (55 000 en 1870). Tous les secteurs de Limoges voient d’ailleurs leur population augmenter. L’historien remarque encore que l’existence de quartiers singuliers « n’émerge guère des archives » – à part peut-être celui « des ponts » et de la Boucherie – et qu’un peu partout maisons bourgeoises et immeubles populaires se font face, sans que les deux « catégories sociales », par ailleurs elles-mêmes diverses, se connaissent véritablement. Néanmoins, la ville change : agrandissement du champ de foire, aménagement du Champ de Juillet et de l’avenue du même nom, ouverture d’un abattoir, construction du Pont-Neuf et de l’avenue le reliant à Limoges, nouvelle route d’Aixe (aujourd’hui Baudin), avenue du Crucifix (Garibaldi) reliant la place Tourny à la route de Paris, avenue de la Gare, théâtre place Royale (de la République), Palais de Justice (1846), halle place de la Motte (1852).
C’est toujours Philippe Grandcoing qui analyse et montre comment Limoges accueille avec joie la révolution de février 1848, comment aussi la bourgeoisie, notamment l’avocat démocrate socialiste Théodore Bac, prend les choses en mains. Progressivement un antagonisme social oppose cependant les ouvriers (qui se regroupent notamment dans la Société populaire) à cette bourgeoisie et la ville entière bascule dans l’émeute le 27 avril, au lendemain des premières élections au suffrage universel qui se déroulent sous tensions et confèrent la victoire en dehors de Bac, à des républicains modérés élus par les paysans du département. L’essentiel du peuple qui se révolte et cherche à s’armer est néanmoins encadré par les leaders socialistes – même si certains éléments populaires plus violents échappent à leur influence, en particulier les Naveteaux armés de leurs gaffes, qui ne sont pas sans rappeler les piques des sans-culottes de 1793 et effraient les bourgeois. Le comité qui se met en place ne l’est que très temporairement puisque le 18 mai, trois mille hommes de troupe entrent dans la ville pour mater la rébellion. La répression judiciaire frappe ensuite les émeutiers, à l’exception notable de Théodore Bac. A partir de ce moment, semble-t-il, et à l’occasion de divers scrutins locaux et nationaux, deux camps s’opposent désormais à Limoges : républicains conservateurs face aux républicains plus avancés ; de plus, la ville s’ancre nettement à gauche, en élisant des représentants démocrates socialistes. C’est parmi les porcelainiers que sont recrutés les principaux cadres du mouvement (milieu où se sont développés l’action syndicale et le mouvement coopératif).
La résistance au coup d’Etat de Louis-Napoléon Bonaparte, en décembre 1851, est pourtant quasi nulle à Limoges, même si, durant le Second Empire, la contestation sociale et politique réapparaît régulièrement, jusqu’à 1871 qui voit l’apparition d’une éphémère « commune de Limoges » (au cours de laquelle un officier est tué). Philippe Grandcoing écrit fort justement que « Limoges « ville rouge » n’est pas simplement une construction mentale forgée de l’extérieur […] Il s’agit aussi d’une image intériorisée par une grande partie des habitants […] devenue réalité politique, les amenant à conformer leurs attitudes à cette représentation de leur cité. » Ce fut bien le cas en 1905, au moment des "troubles" si bien raconté dans Le pain noir de Georges-Emmanuel Clancier, qui figure parmi les 100 premiers noms du Comité de soutien à Alain Rodet - et cela explique sans doute aussi le succès du téléfilm qui en fut tiré par Serge Moati, lui-même membre de ce Comité. Ce fut encore le cas au moment de l'affaire Barataud en 1929 et plus tard avec la Résistance (même si Léon Betoulle vota les pleins pouvoirs à Pétain et si tous les socialistes n'y participèrent pas). Et encore en mai 1968, lorsqu'un drapeau rouge fut accroché au campanile de la gare des Bénédictins. Et même en 1981 et à d'autres occasions. 

Comment va donc se traduire cette identité qui s'auto-renforce, si l'on peut dire, lors des prochaines élections municipales? Peut-être pas, comme lors de précédentes élections, par le passage au 1er tour du maire sortant et candidat, qui réussit à accueillir sur sa liste des socialistes, des radicaux, des verts et même des communistes, et à recueillir le soutien, par exemple, de Marcel Rigout. Mais il y a fort à parier qu'Alain Rodet, fort d'un bilan somme toute positif et d'un programme argumenté, sera le gagnant de cette élection municipale. Et que les communistes auront à pâtir de leur décision de rompre la vieille union de la gauche dans la ville. Aussi sincères et honorables soient-ils, il leur est bien difficile de critiquer un bilan auquel ils sont totalement associés (c'est sans doute pourquoi, lorsque l'on dialogue avec eux, ils placent très vite la conversation sur le plan national...), de même qu'il est assez osé que Marie Labat, 6ème sur la liste, puisse écrire dans le programme de "Limoges terre de gauche" que cette liste "est la seule à ne pas faire l'autruche face aux difficultés énergétiques...", alors que la liste Rodet compte un nombre non négligeable de verts et que ce thème fait partie des priorités du prochain mandat, avec déjà un bilan plutôt satisfaisant (la ville a d'ailleurs reçu en 2012 le trophée éco-action). A suivre donc, nous en reparlerons.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.