mercredi 11 septembre 2013

Limoges centre culturel majeur au Moyen Âge

L’abbaye de Saint-Martial, centre culturel majeur

Dès le Xème siècle, l’abbaye limougeaude noue des liens avec l’abbaye bénédictine de Cluny (dirigée par Odon), symbole du renouveau monastique en Occident et centre culturel majeur. A Limoges, ce sont l’abbé Aymon et son frère l’évêque Turpion qui entretiennent ces liens vers le milieu du siècle.
A la fin de celui-ci, le Limousin est touché par le Mal des Ardents, ou « feu sacré », ou encore « feu Saint Antoine » – une gangrène provoquée par la consommation de grains contaminés par un champignon du groupe des ascomycètes se développant sur les épis de seigle, l’ergot de seigle (claviceps purpurea). En 994, de grandes pluies ravagent l’Aquitaine, l’ergot de seigle se développe, il est à l’origine d’une épidémie qui gagne tout le duché, la Touraine, jusqu’à la Bourgogne – le pain de seigle étant l’une des bases de l’alimentation. Le moine et chroniqueur Adémar de Chabannes (vers 988-1034) a relaté les évènements: « En ce temps-là, une peste de feu s’alluma parmi les Limousins. Les corps d’un nombre incalculable d’hommes et de femmes furent consumés d’un feu invisible, et de tous côtés une plainte emplissait la terre… » Les malades souffrent d’hallucinations, leurs membres sont agités de mouvements irrépressibles (une étrange danse), ils prononcent des paroles incompréhensibles, la bave aux lèvres. Les membres gangrénés finissent par se détacher et les malheureux meurent dans d’atroces souffrances, soupçonnés d’être possédés par le Diable – la maladie étant interprétée comme un châtiment divin. Adémar de Chabannes explique que Geoffroy, abbé de Saint-Martial, l’évêque Hilduin, avec l’assentiment du vicomte – ils sont tous les trois de la même famille… - et de Guillaume V, duc d’Aquitaine et comte de Poitiers, ordonnent alors un jeûne de trois jours en Limousin, une réunion épiscopale à Limoges, une ostension de reliques – dont celle du corps de saint Martial. Un grand rassemblement est organisé au Mont-Jovis et le « miracle » a lieu : l’épidémie cesse. Profitant de l’occasion, le duc et les évêques tentent d’imposer aux turbulents aristocrates un pacte de « paix et de justice ». 
En 1031, après plusieurs années d’intense mobilisation, les moines de Saint Martial réussissent à faire reconnaître l’apostolicité de Martial, ce qui accroît le prestige de l’abbaye. Trente et un an plus tard, avec la complicité du vicomte, Cluny s’empare du monastère limougeaud à l’occasion d’un rocambolesque épisode au cours duquel Hugues le Grand et quelques moines clunisiens se cachent dans l’église Saint-Michel-des-Lions avant de forcer – manu militari grâce à l’aide du vicomte – la communauté monastique limougeaude de s’intégrer à l’ordre clunisien, malgré l’opposition de certains moines et d’une partie de la population limougeaude. Seule une menace d’excommunication permet de rétablir l’ordre, au profit de Cluny. Bernadette Barrière a montré combien l’abbaye était alors entrée dans une ère nouvelle, durant l’abbatiat d’Adémar notamment (1063-1114), devenant « prestigieuse, influente, riche et puissante», avec un important patrimoine et un réseau de dépendances, en Limousin et autour, mais aussi jusque dans le diocèse de Tarragone. Elle s’émancipe d’ailleurs même de Cluny dès la deuxième moitié du XIIème siècle. Au début du XIIIème siècle, elle compte un effectif de 70 moines.
A cette époque, l’abbaye est un « chantier permanent », que l’on construit, aménage, embellit au fil du temps (elle est même un jalon essentiel dans la diffusion des formes gothiques en direction du Midi de la France). Des artisans y travaillent régulièrement : maîtres d’œuvre ; en amont du chantier : on travaille dans les carrières, les forêts, on transporte ; sur le chantier même : terrassiers, tailleurs de pierre, maçons, sculpteurs et imagiers (ainsi les voûtes des travées occidentales sont-elles décorées de peintures la deuxième moitié du XIème siècle), charpentiers, plâtriers, couvreurs et plombiers, forgerons et serruriers, verriers, et tous les métiers « annexes » du chantier. Les pèlerins affluent en grand nombre vers ce lieu spirituel qui abrite plusieurs confréries ; c’est donc un endroit très vivant. Selon le Codex Calixtinius, Limoges se situe sur la route de Saint-Jacques-de-Compostelle qui traverse Sainte-Marie-Madeleine de Vézelay, Saint-Léonard en Limousin et la ville de Périgueux. La ville est sur la Via Lemovicensis, et l’on imagine sans peine tous les voyageurs qui la traversaient, devisant, témoignant de ce qu’ils avaient vu en route, chantant, avec leur besace et leur bourdon, vêtus de leur cotte, surcot (plus tard remplacé par la pèlerine), chaperon et chapeau, munis de la fameuse coquille à qui l’on attribuait parfois des pouvoirs miraculeux.
La vie liturgique est rythmée par le son des cloches : aux grandes fêtes, comme celle des Rameaux, trois cloches résonnaient en même temps à Saint-Martial. Elles accompagnaient aussi les évènements publics ou l’arrivée des personnalités, comme Jacques, roi de Majorque, en 1307.
L’abbatiale romane du Sauveur mesure 100 m de long – son plan caractéristique avec un déambulatoire à chapelles rayonnantes la rattache au groupe des églises de pèlerinage; sa nef compte dix travées ; le clocher superpose des étages octogonaux à des étages carrés. Il y a la crypte ; l’église Saint-Pierre-du-Sépulcre ; la chapelle Saint-Benoît ; divers autres bâtiments comme le réfectoire et le cloître aux baies vitrées rayonnantes. Le scriptorium de l’abbaye est particulièrement réputé. Le chroniqueur Adémar de Chabannes, originaire du Limousin et moine de Saint-Cybard d’Angoulême, y fait plusieurs séjours. Il est un ardent promoteur de l’apostolicité de saint Martial à travers la Vie de saint Martial qu’il rédige dans les années 1028-1029. Autre moine formé à Saint-Martial, Geoffroy de Vigeois, abbé de Vigeois de 1170 à 1184, rédige également une Chronique. La bibliothèque de l’abbaye, riche de nombreux manuscrits, parmi lesquels des documents nécrologiques, martyrologes, antiphonaires, les manuscrits de Bernard Ithier et les livres du chapitre, a été dispersée à partir de l’Ancien Régime (on les trouve aujourd’hui pour la plupart à la Bnf). L’atelier d’enluminure est particulièrement actif et créatif, inspiré, par exemple, par les ivoires. A Limoges, on qualifie de « bibliothécaire » l’officier ayant la charge des livres, ce qui indique un important fonds d’ouvrages (le second, après Cluny) : près de 450 volumes au début du XIIIème siècle. Parmi eux, la superbe Bible de Saint-Martial, signée Bonebertus, avec ses beaux dessins colorés (orange et jaune, brun, bleu foncé et vert très subtilement traité), et ses motifs animaux ou végétaux, qui illustre selon Danielle Gaborit-Chopin la transition entre l’art carolingien et l’art roman. Dans le Tropaire-prosier de Saint-Martial, également très délicatement coloré, on se plaît à découvrir une composition de couleurs vives où Martial (cheveux blonds et yeux ronds) apparaît en « maître des animaux », encadré par deux grands oiseaux au corps arrondi lui agrippant chaque épaule de leur long bec, tandis que lui, vêtu d’une tunique et auréolé, les saisit chacun par une serre. Ces enluminures ont à leur tour inspiré les sculpteurs limousins, notamment ceux des chapiteaux de l’abbatiale du Sauveur.
A l’abbaye ou dans ses parages se trouvent des ateliers d’orfèvrerie, qui produisent un grand nombre d’objets liturgiques (châsses, coffrets, statues, croix…) et d’émaillerie champlevée sur cuivre, où se développe l’Opus lemovicense ou Œuvre de Limoges, bien étudiée par ailleurs. L’hypothèse a été émise que la piété particulière des Limousins pour de nombreux saints locaux et leur goût pour les reliques auraient d’abord nourri ces créations émaillées, entraînant par la suite – grâce à leur virtuosité de réalisation et leur coût somme toute raisonnable – une demande élargie, d’autant plus que la ville était dans une situation de carrefour, souvent visitée par les princes, notamment Plantagenêt, généreux commanditaires. Les émaux de Limoges s’exportèrent à travers toute la Chrétienté, jusqu’à Rome sous le pontificat d’Innocent III. L’historien des arts décoratifs Jean-Marc Ferrer a souligné « la simplicité de l’illustration limousine, compréhensible même par un public populaire » ; il parle même des « délices colorés du martyre » lorsqu’il évoque la châsse de Saint-Etienne, à Gimel. L’art de l’émail limousin a évolué au fil des temps romans puis gothiques, apprivoisant progressivement les techniques de la sculpture et du relief. Sans doute les châsses sont-elles les objets qui illustrent ou évoquent le mieux la créativité des émailleurs de Limoges : au gré de nos propres goûts, on apprécie des mouvements et des attitudes, la beauté de palmettes-fleurs, la couleur bleu foncé de la tunique d’un Christ en majesté…
Limoges fut aussi un centre majeur de création musicale, les moines entreprenant dès le début du Xème siècle des recherches à propos de l’office liturgique, y intercalant des passages n’en faisant pas partie, d’abord des vocalises, agrémentées ensuite de paroles, puis des tropes, de véritables pièces polyphoniques chantées, composant aussi des séquences (textes rimés) et contribuant aux débuts de l’organum. Les œuvres dites de l’Ecole de Saint-Martial sont contemporaines de l’apogée de l’architecture romane. Au XIème siècle y fut composé le Sponsus, drame liturgique bilingue en occitan et en latin, mettant en scène la parabole biblique des vierges folles et vierges sages (Matthieu, XXV, 1-13), considéré comme la première œuvre dramatique rédigée en occitan mais aussi comme l’ancêtre de nos opéras et oratorios classiques. C’est du mot trope que vient celui de troubadour et il n’est pas anodin que l’on compte nombre de Limousins parmi les plus grands troubadours. Des liens existèrent entre les moines musiciens de Limoges et les poètes profanes inventeurs de la fin’amor. Le premier troubadour connu, Guillaume IX, est duc d’Aquitaine, c’est le grand-père d’Aliénor, elle-même élevée dans l’amour de la littérature et de la musique, amie et mécène des troubadours, épouse d’Henri II Plantagenêt, et l’on a dit les connexions qui existaient entre ces familles et Limoges.
Il y eut même du théâtre puisque l’on a mention, en mai 1290 et juin 1302 au moins de représentations de miracles dans le cimetière de Saint-Martial, près de la croix en pierre – les auteurs en étant cadurciens.
On doit donc envisager l’abbaye Saint-Martial de Limoges et ses parages comme un centre culturel majeur de l’Europe occidentale médiévale, imaginer ses diverses activités créatrices, mais aussi les rencontres, les recherches, les disputes, des différents artistes et artisans, qu’ils soient religieux ou laïcs : copistes, enlumineurs, orfèvres, émailleurs, sculpteurs, moines musiciens et troubadours. Ce lieu se doublait bien sur d’une école, où l’on apprenait certes à lire et à écrire, mais également à chanter. 

C'est cette riche histoire qui doit nourrir aussi, encore aujourd'hui, la mise en valeur patrimoniale et donc culturelle et touristique de la Ville - et la communication de celle-ci.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.