lundi 15 juillet 2013

"Limoges 2025 imaginons notre avenir", une lecture de la brochure éditée par la Ville de Limoges

Une fois passée la (petite) polémique liée à l'organisation par la Ville de ce (une exposition à la Bfm) qui est apparu à certains comme de la "propagande" aux frais du contribuable à un an, toutefois, des élections municipales, parcourons la brochure intitulée "Limoges 2025 Imaginons notre avenir" réalisée pour la Ville par l'agence ITI Communication (un nom d'extra-terrestre pour un exercice de prospective... avec un engagement essentiel auprès des cleints, dont nombre d'institutionnels: "du savoir faire au savoir plaire, nous construisons le concept de votre message...") et rédigée par Thierry Dubus (qui revendique "un regard terrien et pragmatique sur les choses"), de la société parisienne Nouveaux Territoires Consultants, spécialiste du territoire. En exergue du site de cette entreprise, une citation de Prévert: "la meilleure façon de ne pas avancer est de suivre une idée fixe". Si l'on cherche une idée fixe dans cette brochure, ou plutôt un leitmotiv, on trouve sans nul doute la conviction maintes fois répétée de la réalisation d'une Ligne à Grande Vitesse Limoges-Poitiers dont tout laisse désormais penser que ce n'est plus la priorité du gouvernement Ayrault (il faudra donc prospecter pour envisager Limoges au moment de la modernisation de l'axe historique Paris-Toulouse).
Mais l'exercice est intéressant, normal, même, pour une métropole, utile, captivant par les pistes qu'il ouvre: il doit être participatif, et ce blog en rejoint, à sa manière, l'esprit. La brochure se déroule entre tendances, enjeux nationaux et contexte singulier de Limoges, nécessairement replacé dans son contexte limousin. Elle est émaillée de témoignages de quelques personnalités comme Jean-Pierre Limousin, président de la C.C.I. ou Gilles Schnepp, P.D.G. de Legrand. Quelques "perspectives illustratives" ponctuent les près de 100 pages, titrées "2025 nous y sommes!"... elles sont plus ou moins anecdotiques ("Mai 2023, le CSP est champion d'Europe! 30 ans après!!" avec deux points d'exclamation... peut-être faudrait-il rêver d'une équipe de foot d'envergure pour le nouveau stade?). 
Alors, que retenir? Comme le déclare en ouverture le député-maire Alain Rodet (candidat à sa réélection), photographié devant une cathédrale rayonnante, citant Alphonse de Lamartine: "l'humanité a en effet toujours éprouvé le besoin de lire dans l'avenir les raisons du présent." L'exposition, la brochure, sont à la fois un bilan d'étape pour cette municipalité (en place depuis 23 ans, avec quelques variantes) et la prise en compte de certaines priorités, sans s'exonérer de prendre des décisions importantes: poursuivre l'engagement fort dans l'éducation populaire et le mutualisme, bref le socialisme; poursuivre celui envers le sport (au fait, n'est-il pas temps de baptiser "Georges Guingouin" le complexe sportif de Beaublanc, comme lui-même en rêvait, selon mon ami le journaliste Georges Chatain?); oeuvrer pour de multiples partenariat à l'échelle du grand Ouest Atlantique français (la question se pose ces jours-ci de la taille des nouvelles régions, de l'utilité de la structure départementale au sein de l'Europe...), dans le cadre national et international; amplifier les dynamiques métropolitaines dans tous les domaines, au profit de "Limoges capitale", une ville en partie réinventée en tenant compte, comme je l'ai déjà écrit ici, de son passé et de ses diverses traditions; comme l'écrit l'archéologue spécialiste du Limoges antique Jean-Pierre Loustaud, à qui l'on doit tant: "Limoges peut devenir un pôle novateur et d'excellence européen en matière de mise en valeur de son patrimoine historique." Pour moi, on le sait, il s'agit d'une priorité. D'ailleurs, dans les judicieux rappels des fondements de Limoges, si la culture est bien présente, la littérature en lien avec le Limousin (contrairement à la francophone...) n'est pas citée. Je renvoie donc immodestement Thierry Dubus à la lecture de mon livre Du Pays et de l'exil (Les Ardents Editeurs, 2008) puisqu'il est évident que Limoges doit valoriser son patrimoine historique matériel (c'est en cours) et immatériel... Les prises de conscience concernent également la nécessité d'une logique écologique y compris dans les transports, la construction, de la prise en compte du savoir vivre et du bien être limougeauds, qui contribuent à attirer de nouveaux habitants mais aussi entreprises (et l'on doit aussi se préoccuper de favoriser la création de nouvelles entreprises par les Limougeauds eux-mêmes). 
Lire cette brochure est finalement une nécessité, car elle ne peut que susciter des réactions et nourrir un débat constructif et apaisé.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.