samedi 1 juin 2013

L'inauguration des Jardins sonores de La Borie

Formidable moment, ce vendredi 31 mai 2013, que l'inauguration des Jardins sonores de La Borie. C'était bien the place to be et - bien que La Borie soit située sur la commune de Solignac - il est évident que, par sa proximité et ses acteurs, ce moment et ce lieu sont liés à Limoges. La Borie était un domaine agricole du début du XVIIème siècle, composé d'un manoir, de vastes communs, d'un mur d'enceinte et de ses tourelles. Les moutons, indifférents à l'agitation humaine, y paissent encore dans de soyeux herbages densifiés par les pluies abondantes de ces derniers mois, qui n'ont pas facilité le travail aux aménageurs. Mais les dieux furent cléments, qui permirent une inauguration au sec...
Grâce à l'engagement obstiné, au talent, au travail, de personnalités fortes, La Borie est devenu l'écrin rayonnant de l'Ensemble Baroque de Limoges, dirigé aujourd'hui par Christophe Coin, salué en France et par-delà nos frontières (Victoires de la musique, quatre clefs de Télérama, etc.). Un rayonnement qui profite donc incontestablement à Limoges et au Limousin. Progressivement, La Borie a étendu son champ au-delà du baroque, pour devenir un formidable lieu de création pour la musique et les arts du son, disposant d'un label discographique de grande qualité. Cette réussite, prolongée par cette très intelligente mise en place des jardins sonores, est le fruit d'une collaboration entre différents partenaires, mais il faut - en premier lieu - saluer Michel Kiener, professeur honoraire d'histoire et géographie au cher vieux Lycée Gay-Lussac de Limoges, adjoint au maire de Limoges de 1983 à 2008, qui fut le fondateur de l'Ensemble Baroque. Je me souviens que, jeune animateur d'un magazine radiophonique sur HPS Diffusion, à Limoges, en 1983, j'ai réalisé mon premier entretien avec lui, venu me parler, avant la campagne des Municipales, d'une étude qu'il avait réalisée à propos des musiques à Limoges. Beaucoup, alors, était à inventer. Je me souviens des premiers concerts de musique baroque dans de petites salles, comme celle d'Expression 7, de Max Eyrolle. Je sais combien Michel Kiener oeuvra et je lui en suis fort reconnaissant - j'apprécie cet homme de caractère. Je me souviens aussi que Jean-Michel Hasler fut le premier directeur de l'orchestre. Aux côtés de Michel Kiener, il faut aussi saluer Isabelle Depret Bixio, femme d'exception, devenue administratrice de l’ensemble baroque de Limoges au début des années 90. Elle s'est exprimée avec beaucoup de conviction et d'émotion (saluant son équipe) lors des discours officiels. L'entreprise culturelle bénéficia également du soutien d'un club d'entrepreneurs-mécènes dirigé par Louis de Neuville, aujourd'hui président honoraire, ainsi que de celui des collectivités locales, de l'Etat, de l'Europe et d'autres partenaires privés, comme la Fondation Total (mais il faut dire en vérité qu'ayant ramassé les oiseaux marins sur l'Île de Groix au moment du naufrage de l'Erika, je suis resté assez hermétique lorsque la représentante de cette fondation récita du Baudelaire...). Claude Sales, président de la Fondation La Borie, a parlé avec justesse et poésie...

Sur cette photo (malheureusement légèrement floutée... à cause de l'émotion): Michel Kiener, à gauche, monté discrètement sur la scène à la demande d'Isabelle Depret Bixio. On s'étonne que M. Reilhac, représentant la Région Limousin, ait oublié dans un premier temps de le saluer.

Isabelle Depret Bixio expliquant l'une des installations sonores: de petites chutes d'eau recréant des notes de musique et donnant l'impression d'un poétique orchestre liquide...
 Louis Dandrel, designer sonore, présente malicieusement les installations du jardin.
L'un des principaux artisans de ces magnifiques jardins sonores est Louis Dandrel. Né en 1939, il a reçu une double formation de musicien au Conservatoire de Paris et de littéraire à la Sorbonne. Entre 1965 et 1980, il est journaliste et critique musical au Monde puis directeur de France Musique. Il crée le Centre de dramaturgie de l'Opéra de Paris aux côtés de Rolf Liebermann, puis le mensuel Le Monde de la Musique, ainsi que Radio-Classique. En 1980, il ouvre à Paris un studio de créations sonores appliquées à l'architecture et au design, Diasonic, doublé d'une unité de recherche transférée aujourd'hui à l'Ircam. Son activité de compositeur l'a toujours mené à la rencontre des genres. Ses compositions sont le plus souvent dédiées à des espaces publics : jardins sonores à Hong-Kong, à Osaka, au Mont-Saint-Michel, sculpture sonore à La Villette à Paris et en juin 2005 une esplanade à Tartu en Estonie. Pour les festivités de l'an 2000, il imagine La Roue de la musique et compose Le Chant des étoiles, où sont transposées des ondes captées par les radiotélescopes. Rien d'étonnant, donc à ce qu'il ait pris part à ce projet à La Borie. 

Ces installations sont une merveilleuse invitation à la rêverie poétique, à la méditation visuelle et auditive: elles utilisent l'eau, la céramique, l'émail, la porcelaine, le bois... les froissements de feuilles, les crissements de pierres, le souffle léger du vent. Même le train Paris-Toulouse qui fait un temps entendre son bruit (souhaitons qu'il le fasse encore longtemps!) participe de cette mise en sons et en musiques. 
 Parmi les invités, la poète Marie-Noëlle Agniau se laisse gagner par l'inspiration au bout d'un ponton de bois avançant au milieu de la prairie...

L'étang et sa structure lumineuse et sonore de 100 m2, l'un des autres attraits des jardins de La Borie.
Œuvre collective, les Jardins sont le fruit du talent et de la passion de Louis Dandrel (designer sonore), Emma Blanc (paysagiste, au centre sur la photo), Patrick Rimoux (sculpteur lumières), Gilles Valette (cultivateur de lien social), Pierre Lagedamon (botaniste et jardinier), Gérard Borde (CRAFT), Jean-Luc Thomas (responsable des chantiers d’insertion jacquaires), Pierre Perraud (ingénieur hydraulique)... on s'amusa, lors des discours officiels, à entendre l'un d'eux pousser des cris de dinosaure, et donc rompre la monotonie habituelle lors de ce genre de cérémonie.  Avant la musique et les petits fours, on entendit également de fabuleux imitateurs de cris d'oiseaux...
L'auteur de ce blog, très heureux d'avoir participé à ce moment à la fois historique, officiel et convivial, qui reviendra bientôt en ces lieux pour s'en inspirer...
 Autre lieu et réalisation: 19 tables dans le potager-verger... un repas en préparation dans chaque "bac". On imagine toutes les inventions culinaires ainsi permises à la talentueuse Séverine Hostein, chargée de la cuisine et de la gastronomie à La Borie!
Lors de son discours au nom de la Fondation du Patrimoine, Tristan d'Albis (Ministre Plénipotentiaire E.R.), a eu des mots très justes, disant combien les Limousins pouvaient être fiers de La Borie et combien ce projet était cohérent et d'envergure. Ce lieu devient un lieu essentiel et structurant du Limousin et du grand Limoges. Un lieu ouvert aux populations locales (y compris les scolaires), mais aussi venues de toute la France et du monde entier. Un lieu touristique et culturel majeur, qui va également permettre le développement d'autres sites proches. Il y a vingt ans exactement, dans mon livre Châlucet en Limousin (Editions Lucien Souny, épuisé), alors que je me démenais pour sauver cet autre site important, je soulignais l'importance de la vallée de la Briance, considérée comme une unité paysagère limousine caractéristique et donc touristique digne d'intérêt (je me souviens même avoir alors tenu ces propos sur la toute jeune chaîne d'informations LCI...). Nul doute que nous y sommes. Les jardins de La Borie - dans l'esprit du Festival international des jardins à Chaumont-sur-Loire, que j'aime aussi beaucoup, mais avec leurs propres particularités -, le domaine, l'Ensemble Baroque de Limoges, les autres manifestations et réalisations culturelles, l'investissement raisonné des différents partenaires, font de ce lieu patrimonial bâti et naturel l'un des plus beaux et des plus attrayants endroits du Limousin. 
Ceux qui ont initié et ceux qui ont aidé ce formidable projet doivent être assurés de la reconnaissance des Limousins.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.